Insémination artificielle avec donneur la levée de l’anonymat

La levée de l’anonymat dans le cadre de l’IAD.

  • insémination artificielle avec donneur

Les chiffres et le contexte.

De tout temps la stérilité a été génératrice d’angoisses majeures. Mais quand un couple n’avait pas d’enfant, la femme était la première à être mise en cause. Ce déshonneur que subissait la femme stérile est lié à la valorisation ancestrale de la procréation. Avec la procréation, la collectivité assurait non seulement sa survie biologique, mais également sa propre survie sociale au travers de la transmission de valeurs, de normes, de pratiques et d’acquis de toutes sortes qui sont précisément liés à la reproduction du genre humain. Si le statut de femme était acquis à partir du premier enfantement, c’est avec lui que le corps féminin devint un enjeu de pouvoir. Mais l’homme aussi eut à souffrir de stigmatisation, car dans une société centrée sur le masculin viril et dominant, un homme infertile ou stérile était l’équivalent d’un homme impuissant.

Lire la suite

Vers l’infini et au-delà… ou la passion d’Icare

J’aurais aimé ce soir vous parler de Dédale, l’inventeur du labyrinthe, des statues qui bougent, de la vache de bois qui trompa Poséidon, et de beaucoup d’autres gadgets technologiques, Dédale (qui signifie « ingénieux »), le technicien qui est aujourd’hui mis à l’honneur dans la vie pratique.

J’aurais aimé vous parler du fil d’Ariane, de Minos, de Thésée et de Cnossos, noms rattachés aux labyrinthes depuis la plus haute Antiquité en essayant de ne pas en faire une sorte de copié-collé de Wikipédia…

Lire la suite

Silence

Les apprentis francs-maçons n’ont pas le droit de prendre la parole lors des tenues, sauf
lorsqu’ils présentent leurs travaux. Je vais donc avoir le plaisir de vous parler d’un sujet
particulier pour moi : le silence. J’aborderai le sujet en trois volets : le silence en général ; le
silence en Franc-maçonnerie ; le silence pour moi sur mon cheminement maçonnique.

Mon choix du sujet est assez cocasse, en raison de mon côté volubile et loquace, pour ne pas
dire bavard. C’est justement ces facultés qui m’incitent à me pencher sur le sujet.
Selon Sénèque « Celui qui ne sait pas se taire, il ne sait pas non plus parler ». Un autre « ami
qui me veut du bien », un frère ici présent, répète, un peu comme ma mère que « nous avons
deux oreilles, deux yeux mais une seule bouche ».
J’avoue, qu’au cours de réflexion sur le sujet, je me suis demandée si prendre la parole en
vaut la peine. Pourquoi j’en parlerais ? Je ne vous dirais rien de nouveau.
Mais puisque j’ai trois ans, il est donc temps pour moi de passer à l’apprentissage du silence.
Avec l’espoir, un jour, de savoir parler.

Lire la suite

« Si la liberté de conscience est absolue, qu’en est-il de la liberté d’expression ? »

La Liberté de conscience est portée comme le principe clé de la franc-maçonnerie. Elle se développe en Angleterre au XVIII° siècle et les français ne lui adjoindront le caractère « absolu » qu’avec la décision du Grand Orient de France de 1877. On pourra, dès lors, devenir franc-maçon sans croire en Dieu !

De nos jours, la liberté absolue de conscience apparaît de plus en plus comme la valeur à défendre par tous les humanistes. Elle est explicitée dans l’article 18 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948 :

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »

Lire la suite

L’héritage de Proudhon ou l’économie symbiotique

1er temps : En 2017 j’ai regardé une émission avec Michel Onfray qui présentait un énième livre.

Après la présentation de son dernier opus, le journaliste et aussi historien l’a interrogé sur les élections présidentielles, la candidature de M. Macron et surtout sur l’état de la gauche en France.

Son constat fût intéressant : la sociale démocratie a échoué en France comme en Allemagne, le communisme marxiste de même, émergence et montée du populisme à travers l’Europe de droite comme de gauche, il ne reste plus que l’extrême gauche mais il existe une troisième voie, celle de Proudhon qui se différencie des autres voies car ce n’est pas un parti politique tel qu’on l’entend aujourd’hui en France. La crise profonde que connaissent nos sociétés est patente. Dérèglement écologique, exclusion sociale, exploitation sans limites des ressources naturelles, recherche acharnée et déshumanisante du profit, creusement des inégalités sont au cœur des problématiques contemporaines. Or, partout dans le monde, des hommes et des femmes s’organisent autour d’initiatives originales et innovantes, en vue d’apporter des perspectives nouvelles pour l’avenir.

Lire la suite

Faut-il supprimer le Tribunal pénal international

Curieuse question car le TPI n’existe plus, il est remplacé par la cour pénale internationale (CPI). Sa devise : « Les criminels de guerre devant la justice, la justice pour les victimes »

A l’origine de la création du TPI et de la CPI, un objectif : mettre un terme à l’impunité de crimes graves et éviter qu’ils ne se répètent : crimes de guerre, crimes contre l’humanité et maintenant depuis 2010, crimes d’agression.

Sans remonter très loin dans le temps, il y a depuis les crimes nazis, une volonté, une exigence de ne pas laisser impunis les violations graves contre les droits humains : génocides, viols collectifs, les massacres et autres atrocités…

Le procès de Nuremberg (20 novembre 1945-1 octobre 1946) contre 24 dignitaires nazis fut la 1ère juridiction pénale internationale. Ils furent jugés pour crimes de guerre (attaques délibérées contre des civils, la torture, le meurtre et les mauvais traitements infligées aux prisonniers de guerre), crimes contre la paix (préparation et agression d’un pays),  complot et, notion nouvelle, crimes contre l’humanité (l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation ou tout autre acte inhumain, pour des motifs politiques, raciaux, religieux).

Lire la suite