Le Nucléaire et l’Homme – 33 ans de la vie commune

J’ai décidé de partager avec vous mes réflexions sur le rapport entre le nucléaire et l’humain. J’ai choisi ce sujet parce que plus de 80 % de l’énergie produite en France est d’origine nucléaire et les débats sur le nucléaire font partie des enjeux politiques majeurs. Un choix qui définira les pratiques des décennies à venir.

Il y a 33 ans, fin avril-début mai, un nuage radioactif s’est arrêté à la frontière franco-allemande. Un miracle digne de Jésus et ses apôtres.

Il y a 33 ans, j’étais élève du CE1 à 150 km au sud de Tchornobyl. Tchornobyl est un nom en soi remarquable – étymologiquement cela veut dire « une histoire noire » et c’est également le nom en ukrainien de l’herbe d’absinthe.

Lire la suite

Le voyage, assuétude ou libération ?

Etonnante réflexion que celle-là. Elle m’est venue lors d’une discussion entre mon oncle Jacques, mon chéri et moi, arrosée de 2 verres d’un cocktail Italien à Beaucaire dans le sud de la France.

Jacques, grand voyageur durant de nombreuses années pour des raisons professionnelles, nous fit la remarque suivante : « Quand on a toujours envie de voyager, de partir, cela devient un besoin, donc le retour crée une absence. Je me suis rendu compte que je devenais fou entre 2 voyages. Je ressentais un manque psychologique mais aussi physiologique. Mes mains tremblaient et je me disais : « Dans quel pays je ne suis pas encore allé ? Il faut que je reparte, j’en ai besoin. C’était de la dépendance. Alors je me suis dit qu’il fallait que j’arrête. » 

Lire la suite

Réalité et Vérité

Faits alternatifs et fake News

La vérité et la réalité sont des notions différentes selon que l’on s’adresse à un philosophe, un physicien ou un croyant.

Il existe deux écoles en philosophie : ceux qui, comme Platon, considèrent que la réalité n’existe pas dans ce monde et que le monde sensible que nous apercevons n’est que le reflet sur le mur de la réalité.

Et ceux qui, comme Aristote ou les positivistes, considèrent que la réalité est un attribut du langage et des sens et on ne peut connaitre la réalité qu’à travers les sens.

Les politiques de tous temps ont exploité l’ambiguïté entre vérité et réalité en fabriquant des « fake news » ou de faits alternatifs et en manipulant la vérité.

En physique la réalité mathématique seule peut donner une idée de la réalité externe objective.

Dès l’initiation le Franc-maçon s’engage dans un parcours qui doit le mener des ténèbres vers la lumière, de l’ignorance vers la vérité. Ce qui compte, c’est la recherche incessante de la vérité et le parcours pour l’atteindre.

Lire la suite

Insémination artificielle avec donneur la levée de l’anonymat

La levée de l’anonymat dans le cadre de l’IAD.

  • insémination artificielle avec donneur

Les chiffres et le contexte.

De tout temps la stérilité a été génératrice d’angoisses majeures. Mais quand un couple n’avait pas d’enfant, la femme était la première à être mise en cause. Ce déshonneur que subissait la femme stérile est lié à la valorisation ancestrale de la procréation. Avec la procréation, la collectivité assurait non seulement sa survie biologique, mais également sa propre survie sociale au travers de la transmission de valeurs, de normes, de pratiques et d’acquis de toutes sortes qui sont précisément liés à la reproduction du genre humain. Si le statut de femme était acquis à partir du premier enfantement, c’est avec lui que le corps féminin devint un enjeu de pouvoir. Mais l’homme aussi eut à souffrir de stigmatisation, car dans une société centrée sur le masculin viril et dominant, un homme infertile ou stérile était l’équivalent d’un homme impuissant.

Lire la suite

L’héritage de Proudhon ou l’économie symbiotique

1er temps : En 2017 j’ai regardé une émission avec Michel Onfray qui présentait un énième livre.

Après la présentation de son dernier opus, le journaliste et aussi historien l’a interrogé sur les élections présidentielles, la candidature de M. Macron et surtout sur l’état de la gauche en France.

Son constat fût intéressant : la sociale démocratie a échoué en France comme en Allemagne, le communisme marxiste de même, émergence et montée du populisme à travers l’Europe de droite comme de gauche, il ne reste plus que l’extrême gauche mais il existe une troisième voie, celle de Proudhon qui se différencie des autres voies car ce n’est pas un parti politique tel qu’on l’entend aujourd’hui en France. La crise profonde que connaissent nos sociétés est patente. Dérèglement écologique, exclusion sociale, exploitation sans limites des ressources naturelles, recherche acharnée et déshumanisante du profit, creusement des inégalités sont au cœur des problématiques contemporaines. Or, partout dans le monde, des hommes et des femmes s’organisent autour d’initiatives originales et innovantes, en vue d’apporter des perspectives nouvelles pour l’avenir.

Lire la suite

Faut-il supprimer le Tribunal pénal international

Curieuse question car le TPI n’existe plus, il est remplacé par la cour pénale internationale (CPI). Sa devise : « Les criminels de guerre devant la justice, la justice pour les victimes »

A l’origine de la création du TPI et de la CPI, un objectif : mettre un terme à l’impunité de crimes graves et éviter qu’ils ne se répètent : crimes de guerre, crimes contre l’humanité et maintenant depuis 2010, crimes d’agression.

Sans remonter très loin dans le temps, il y a depuis les crimes nazis, une volonté, une exigence de ne pas laisser impunis les violations graves contre les droits humains : génocides, viols collectifs, les massacres et autres atrocités…

Le procès de Nuremberg (20 novembre 1945-1 octobre 1946) contre 24 dignitaires nazis fut la 1ère juridiction pénale internationale. Ils furent jugés pour crimes de guerre (attaques délibérées contre des civils, la torture, le meurtre et les mauvais traitements infligées aux prisonniers de guerre), crimes contre la paix (préparation et agression d’un pays),  complot et, notion nouvelle, crimes contre l’humanité (l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation ou tout autre acte inhumain, pour des motifs politiques, raciaux, religieux).

Lire la suite